Judith Lussier et les trolls comme moi

NDLR – Natalie Roussy est une des nombreuse personnes que j’ai eu le privilège de rencontrer sur Facebook. Elle nous livre dans ce texte son témoignage personnel de son expérience en tant qu’une des «trolls» de Judith Lussier et expose le manque de tolérance marqué de la blogueuse. Ceci est sa première (mais pas la dernière, j’espère) collaboration à Contrepoids.

Philippe David

Read more

Symptômes de l’agonie de l’Occident

Ce à quoi nous assistons cependant n’a rien à voir avec de la simple bigoterie. Le mal est beaucoup plus profond. Les québécois sont nombrilistes et ne voient souvent pas beaucoup plus loin que leur petit village d’irréductibles gaulois entouré de camps retranchés anglo-saxons, mais le mal qui est derrière les évènements de dimanche n’est pas limité seulement au Québec. La seule raison pourquoi il se manifeste ici est peut-être que du côté identitaire, le peuple québécois a l’épiderme particulièrement sensible, isolé comme il est. Un petit îlot de francophonie dans un océan anglophone. Aussi est-il un peu plus jaloux de sa culture et craintif de toute menace envers elle. Tel est certainement notre héritage collectif. Mais ce malaise, il est partout en Occident.

Read more

Vidéo virale: Quand un chauffeur d’autobus pète sa coche. Une leçon de service à la clientèle

Vraiment un cas de qu’est-ce qu’on ne doit pas faire en service à la clientèle. En tant que chauffeur, il représentait la Société de Transport de Montréal et il se devait d’être poli et courtois en tout temps avec la clientèle. Donc de traiter une cliente de «princesse» au passage était déplacé et irrespectueux.

Read more

Alexandre Taillefer et les libertariens

Récemment dans ce que qu’il se plaisait à appeler une «chronique» à l’antenne de Radio-Canada (notre radio-poubelle subventionnée), Alexandre Taillefer s’est amusé à casser du sucre sur le dos des libertariens. C’est vrai que nous sommes effectivement une épine dans son flanc. Il a donc de bonnes raisons de nous haïr.

Read more

L’IRIS et la fable de la cause de la dette

La dette publique ne représente que de futurs taxes et impôts qui seront payés par les générations futures au-delà de ce que ces générations auraient eu à payer autrement.

En d’autres mots, notre gouvernement est en train de dévorer à un rythme d’enfer les ressources dont nos enfants et nos petits-enfants auront besoin dans l’avenir pour relever leurs propres défis. Nous les taxons avant même qu’ils ne soient nés et pendant qu’ils n’ont aucune voix. C’est de la taxation sans représentation. C’est plus qu’injuste envers eux, c’est carrément immoral. Nous leur volons littéralement leur avenir. Et pendant ce temps l’IRIS et ses soi-disant chercheurs tentent de mieux justifier ce pillage.

Read more
%d bloggers like this: