Le libéralisme c’est quoi au juste?

Publicité

Par Philippe David

Je parle souvent du libéralisme dans mes textes. Il y a une bonne raison pour ça. C’est parce que cette philosophie est le fondement des sociétés occidentales et c’est à la base du succès de ces sociétés. Cependant, il semble que beaucoup de gens l’ont oublié, alors je me permet de faire un petit rappel de ce qu’est le libéralisme et ce que ça n’est pas. Tout d’abord, je vous encourage à visionner cette courte vidéo qui enseigne les bases, puis ensuite, je vais tenter d’élaborer un peu espérant ne pas trop vous ennuyer.

Ce que le libéralisme est…

Le libéralisme, c’est la philosophie qui dicte que tous les êtres humains sont libres de par leur propre nature. Être libre, c’est être «propriétaire» de son propre corps et de son esprit. Le contraire serait d’admettre que vous n’êtes pas maître de ces attributs. Vous n’êtes pas libre de vos mouvements où de vos actions et vous n’êtes pas libres de vos pensées. Ce que ça veut dire est que chaque individu, peu importe sa couleur, son sexe, sa religion, son orientation sexuelle ou ses idées, a droit à la vie et la liberté. Ça veut également dire que chaque individu est aussi responsable de ses actes et de ses idées.

Puisque chaque individu est propriétaire de son corps, tout ce qu’il produit en mariant le travail de son corps et son esprit avec de la matière qu’il a légitimement acquise lui appartient de droit. Ce concept que nous sommes «propriétaire» de notre propre corps est ce qu’on appelle «la propriété de soi» et c’est le fondement intellectuel de la légitimité du droit de propriété et de tous les autres droits humains. Le droit à la vie, au libre-arbitre, à la libre-expression, à la liberté d’assemblée découlent tous de cet axiome.  À leur époque, les penseurs comme John Locke, René Descartes et David Hume, pour ne nommer que ceux-la, ont conçu, répandu et défendu ces idées au péril de leurs vies parce que ces idées étaient révolutionnaires et dangereuses à ceux qui détenaient le pouvoir à l’époque. Si vous appréciez qu’à certains endroits ces droits humains sont protégés et défendus, vous devriez les remercier.

Puisque le libéralisme consacre l’existence et la liberté de chaque individu comme étant légitimes et morales, il considère l’initiation de tout acte de violence contre un individu par un individu ou groupe d’individus comme illégitime et immoral. Le seul usage de la force qu’il considère légitime est celle utilisée pour contrer un acte d’agression (la légitime défense). C’est le principe de non-agression. C’est de ce principe que nous déduisons qu’il est immoral et illégitime à tout individu ou groupe d’individus de priver un autre individu de son droit à la vie, la liberté et la propriété par la force. Il devrait être à la base de toute société paisible et libre.

Le libéralisme est au cœur de toute notre conception de la justice parce qu’il considère que tous les individus sont égaux en droits. C’est donc la justification morale que peu importe votre couleur de peau, votre sexe, votre religion, votre orientation sexuelle, etc., vous avez les mêmes droits que tous les autres. C’est ça qui rend des agissements comme le racisme, le sexisme ou l’homophobie répréhensibles. C’est ce qui nous a aussi donné la justification morale pour abolir l’esclavage. Si aujourd’hui vous jouissez de liberté, du droit de vote, etc. alors que vos ancêtres ne pouvaient pas en jouir, c’est encore grâce à cette philosophie.

L’aspect responsabilité signifie que lorsque le libéralisme parle de liberté, ce n’est pas une liberté absolue mais plutôt une liberté qui s’exerce dans le respect des droits d’autrui. En d’autres mots, mes droits se terminent là où les vôtres commencent.

Pourquoi c’est important?

Le libéralisme est la seule philosophie qui cherche à défendre les droits de chaque individu également. Les idéologies comme le communisme, le socialisme, le fascisme, le nazisme et l’islamisme sont toutes des idéologies qui opposent les droits de différents groupes les uns aux autres, comme par exemple, oppresseur contre opprimés, bourgeois contre prolétaires, blancs contre juifs, blancs contre noirs ou croyants contre non-croyants  et, comme dans le roman de George Orwell «Animal House», certains groupes finissent toujours plus «égaux» que les autres. Aucune de ces idéologies se soucie de vous en tant qu’individu. Au contraire, elles mènent invariablement au totalitarisme et feront de vous des esclaves, ou pire, elles vous tueront. Le 20e siècle l’a amplement démontré. C’est pourquoi les valeurs libérales d’égalité devant la loi, de libertés individuelles et de droits et responsabilités individuels doivent être constamment défendues.

Beaucoup de combats ont été menés pour que vous puissiez jouir du peu de liberté que vous avez et celles-ci s’érodent constamment aux mains de politiciens sans scrupules qui cherchent constamment à contrôler vos vies. Si vous les prenez pour acquis et que vous cessez de les défendre, tous ces combats auront été en vain.

Philippe David

Technicien en informatique et Éditeur de Contrepoids à temps perdu, il a souvent été décrit comme une encyclopédie ambulante par son entourage. Grand défenseur le la liberté sous toutes ses formes et particulièrement de la liberté d'expression.

Laissez-nous un commentaire

%d bloggers like this: