Les femmes plus sujettes à la polyarthrite rhumatoïde

L’arthrite est un terme médical qui désigne les douleurs articulaires ou les maladies articulaires. Plusieurs personnes comprennent mal le sens réel de la maladie. Il existe plus de 100 types d’arthrite qui peuvent arriver à n’importe qui, peu importe son âge et son sexe.

Les symptômes de l’arthrite courante sont l’inflammation, l’enflure, la douleur, la raideur et une diminution de l’amplitude de mouvement des articulations. L’intensité peut être faible, modérée ou sévère.

La polyarthrite rhumatoïde est un type d’arthrite inflammatoire et de maladie auto-immune caractérisée par une inflammation chronique des articulations. La PR peut affecter le genou, les mains, les doigts et les pieds. Ce trouble inflammatoire chronique peut également toucher plus que vos articulations. Chez certaines personnes, il peut même endommager la peau, les yeux, les poumons, le cœur et les vaisseaux sanguins. Cette maladie auto-immune se produit lorsque votre système immunitaire attaque par erreur les propres tissus du corps. La PR affecte la paroi des articulations. Il provoque un gonflement douloureux pouvant éventuellement provoquer une érosion osseuse et une déformation des articulations.

Bien que la polyarthrite rhumatoïde puisse toucher n’importe qui indépendamment de l’âge et du sexe, elle est plus fréquente chez les personnes d’âge moyen ou âgées. Les risques de contracter la maladie augmentent avec l’âge.

Bien que les hommes puissent également en être affectés, sa prévalence est plus élevée chez les femmes en raison de déséquilibres hormonaux ou de changements hormonaux auxquels elles sont confrontées.

Beaucoup de femmes atteintes de polyarthrite rhumatoïde entrent en rémission pendant la grossesse. L’influence des hormones sur cette maladie reste encore floue.

Causes de la PR chez les femmes

Les femmes sont plus sujettes aux maladies auto-immunes telles que l’arthrite et le lupus. Les changements hormonaux se produisent chez les femmes en raison de la menstruation, de la grossesse et de la ménopause. Cela peut augmenter les risques de maladie chez les femmes.

Les changements dans les niveaux d’hormones peuvent affecter le niveau de protéines dans le sang, ce qui peut augmenter le risque d’inflammation. Les facteurs de risque environnementaux et génétiques pourraient également entraîner une plus grande prévalence de la maladie chez les femmes.

Les hormones féminines jouent également un rôle dans l’apparition de la PR. Les hormones telles que l’oestrogène, la progestérone et les androgènes influencent le développement de la PR.

Les femmes ont tendance à développer la PR plus tôt que les hommes, les symptômes apparaissant généralement entre 30 et 50 ans.

Les femmes enceintes ont moins de risques de développer une PR que celles qui ne l’ont pas été. Si une femme atteinte de PR tombe enceinte, elle risque de présenter moins de symptômes de la maladie pendant la grossesse.

Les femmes ont un risque plus élevé de développer une PR au cours de la première année après l’accouchement. Cela peut être dû au changement rapide des niveaux d’hormones dans le corps à ce moment.

Les niveaux d’œstrogène ont tendance à diminuer après l’âge de 40 ans. Les femmes ont un risque plus élevé de développer une PR après 40 ans, et celles qui ont une ménopause précoce sont également plus à risque. La PR qui survient après la ménopause peut progresser plus rapidement.

Les femmes atteintes d’endométriose peuvent être plus à risque de développer une PR.

Les médicaments anti-œstrogènes peuvent aider à traiter l’infertilité, le cancer du sein et l’ostéoporose après la ménopause. Cependant, en fonction de la posologie, ce médicament peut augmenter le risque de développer une PR.

Environ 20% des femmes atteintes de PR peuvent développer des nodules rhumatoïdes. Ce sont des masses fermes et soulevées sous la peau.

Depuis 1995, l’incidence (fréquence d’occurrence) et la prévalence (nombre total de cas dans une population donnée) de la polyarthrite rhumatoïde chez les femmes sont en augmentation. De 1995 à 2005, l’incidence de la PR chez les femmes était de 54 pour 100 000, contre 36 pour 100 000 au cours des 10 années précédentes.

Pour les hommes, l’incidence était stable à 29 pour 100 000. Les chercheurs ont conclu que certains facteurs environnementaux pourraient expliquer l’inverse de la tendance chez les femmes.